L'École de Commerce 4.0

Diplômes reconnus par l’État de niveau 6 et de niveau 7

L’émergence de la puissance digitale chinoise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

L’émergence de la puissance digitale chinoise

Le grand public français connaît désormais bien les GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Moins les BATX – Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi. Pourtant la Chine est en train de produire des leaders digitaux qui pénètrent de plus en plus l’économie digitale mondiale. En commençant d’abord par inonder les pays émergents, puis, petit à petit, en s’immisçant au sein des économies digitales occidentales. L’émergence d’un futur leader digital mondial se produit sous nos yeux. Pour le meilleur ou pour le pire, le digital est-il en train de devenir chinois ?

La Chine, futur leader digital ?

Les #DBStudents l’ont vu dans leurs cours d’introduction au digital, les nouvelles technologies de l’information proviennent avant tout et historiquement des Etats Unis d’Amérique. Au premier rang desquels, les fameux GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Avec une valorisation globale de plus de 8000 milliards de dollars, rien que pour ces cinq entreprises, soit près de 3,5 fois le PIB de la France, ces entreprises dominent le monde de ce début du XXIème siècle. Et inondent de leurs services en veux tu en voilà le monde. Mais il ne faut pas se leurrer : sur toutes les technologies de pointe – intelligence artificielle, supercalculateurs, spatial – les chinois ne sont pas en reste. Mieux, ils sont en train de grignoter, petit à petit des parts de marché. Explication du pourquoi et du comment.

Une stratégie de long terme pour développer le digital en Chine

Alors qu’on débat en France et en Europe sur l’importance de la 5G et de ses modalités d’implantation, les chinois envoient d’ores et déjà dans l’espace un satellite expérimental destiné à tester les réseaux cellulaires 6G, et dont le déploiement commercial est prévu avant 2030.  C’était le 7 novembre dernier. Personne n’y a véritablement prêté attention, mais tout cela participe d’une stratégie claire et nette.

Le 13ème plan quinquennal chinois, publié en 2016, montre clairement la voie : la Chine doit être leader sur le déploiement de l’intelligence artificielle et sur la création de services Fintech dans les vingt ans à venir, avec comme fer de lance le déploiement dans le monde des services financiers de Wechat, la super app de Tencent. Mais aussi le déploiement de Ant Group, les services financiers made by Alibaba qui visent à proposer des services sur mobile à tous les consommateurs des pays émergents qui n’ont ni compte bancaire ni accès au crédit.

En ce qui concerne l’intelligence artificielle, TikTok rebat les cartes avec ses 2 milliards de téléchargement et ses utilisateurs jeunes aux quatre coins du monde. De quoi questionner le géant Facebook – qui d’ailleurs a demandé à l’administration américaine de faire boycotter ou de faire racheter l’éditeur Bytedance qui est derrière l’application.

Le cheval de Troie chinois

Bref, tout cela est pensé. Il ne faut pas se tromper : derrière ces quelques faits se cache l’émergence du futur grand de la sphère digitale. Et c’est normal, toute cette croissance programmée, ça s’explique ! La Chine produit cinq fois plus d’ingénieurs informatiques que les Etats-Unis. Pire (ou mieux en fonction), ses meilleurs éléments viennent remplir les rangs des top universités américaines, apprenant là-bas dans les startups les plus dynamiques, pour mieux revenir dans leur pays lancer des concurrents aux géants digitaux américains. 

Et puis, il y a le nerf de la guerre : l’argent ! On sait que les capacités de financement de la Silicon Valley sont à nulle autre pareille, mais en Chine, le capital risque se développe à une vitesse supersonique. Le capital d’investissement disponible sur le marché chinois croît à un rythme effréné de 41% par an. Tencent est la 4e plus grosse valorisation boursière au monde, et le nombre de licornes chinoises se rapproche de plus en plus du nombre de licornes américaines (107 contre 214).

 

Bref, l’émergence du digital made in China est en marche. Bientôt, les entreprises digitales chinoises feront jeu égal avec leurs concurrentes américaines. On l’a déjà vu avec la mise sur marché du vaccin anti COVID par Sinovac, quasiment en même temps que le vaccin Moderna ou Pfizer, deux vaccins américains. A part la Chine, qui y a t il aujourd’hui pour concurrencer les vaccins américains (à part le faux vaccin russe) ?  

Sur un certain nombre de segments du digital, il y aura bientôt des duopoles constitués. Avec deux options :

  • Ou bien une lutte à mort entre concurrents américains et chinois pour une suprématie globale. On peut penser que ce sera le cas par exemple pour l’espace ou pour les réseaux de communication.
  • Ou bien : une guerre froide avec des positions tenues sur des zones géographiques identifiées par des acteurs chinois d’un côté et américains de l’autre, dans une logique de pré-carré. Reste que dans tous les cas, la place des entreprises digitales européennes pose question. Y aura t il encore un espace commercial et technologique dans les vingt ans à venir sur le spatial ou sur les télécoms pour les entreprises européennes ?

Recevoir par mail toute l'actualité

En cliquant sur “Ok”, vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentialité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

DBS partenaire de

Logo de French Tech Gard

DBS certifiée par

Je recherche…

DBS – Digital Business School Copyright 2020 Établissement d’enseignement privé Mentions légales